Mandala

Détente, repos, ordre – voilà les bienfaits associé à la réalisation de mandalas. Mais qu’est-ce qu’un mandala ? D’où vient cette notion et pourquoi dessiner des mandalas est-il si relaxant ? De quoi a-t-on besoin pour dessiner un mandala et comment se lancer ? 

Si vous vous posez ce genre de questions, alors vous êtes au bon endroit. 


Signification et origine de la notion de mandala

La notion de mandala est originaire du Sanskrit et signifie « cercle ». Le point commun de tous les mandalas est le point central autour duquel toutes les formes et tous les symboles tournent. Dans le bouddhisme et l’hindouisme cela est fortement lié à la religion et à la spiritualité. La mandala est utilisé non seulement pour les rituels religieux mais aussi pour la méditation.

Dans le monde occidental, les mandalas ont complément perdu leur signification religieuse et sont principalement utilisés pour le coloriage méditatif de motifs ronds. 

Le mandala pour se détendre

Les formes géométriques répétées ont un effet apaisant. Nous nous concentrons pleinement sur une activité, le dessin, et cela nous permet de nous détendre. Qu’il s’agisse d’enfants pleins d’énergie ou d’adultes stressés : les mandalas apaisent tout le monde. Les motifs précis font appel à la motricité fine et favorisent en effet la concentration.


De quel matériel avez-vous besoin pour votre mandala ?

Lorsque vous réalisez des mandalas, vous allez suivre différentes étapes et avez donc besoin de différents matériaux pour chacune d’entre elles : 

Le Papier

Si vous décidez de colorier avec des Brush Pens, la sélection du papier est particulièrement importante. La pointe-pinceau est très sensible et doit donc être utilisée sur du papier lisse comme par exemple le papier Bristol. Vous pouvez toutefois également utiliser du papier pour photocopies comme le papier Clairfontaine DCP. 

L'esquisse

Lorsque vous êtes débutant, il est recommandé de commencer par l’esquisse du mandala avec un crayon à papier comme le MONO 100. Si vous n’êtes pas satisfait, vous pouvez bien entendu corriger votre esquisse à l’aide d’une gomme.

Les contours

Pour les contours, nous recommandons d’utiliser un feutre indélébile ou résistant à l’eau, comme le MONO drawing pen ou le MONO twin. Le feutre fin MONO drawing pen existe dans différentes épaisseurs de trait et s’adapte donc parfaitement à vos besoins. Le MONO twin Marker a deux pointes d’épaisseurs différentes et est indélébile grâce à son encre à base d’huile.

Le coloriage

Vous pouvez utiliser différents outils pour colorier un mandala. Soit vous utilisez des crayons de couleurs comme les IROJITEN ou des Brush Pens & feutres comme les ABT Dual Brush Pens ou les TwinTones

L’ABT Dual Brush Pen est particulièrement adapté pour les grands mandalas. Avec la pointe-pinceau, vous pouvez colorier de grandes surfaces et aussi repasser de manière flexible sur les arrondis. Si vous choisissez un mandala de petite taille, le TwinTone est alors recommandé. Avec la pointe de feutre fin de 0,4 mm, vous pouvez réaliser les petits détails et avec la pointe ronde de 0,8 mm vous pouvez colorier les surfaces restantes. Ces deux feutres contiennent de l’encre à base d’eau, ce qui permet de ne pas déteindre sur la plupart des papiers.  


Comment dessine-t-on un mandala ?

Il y a de nombreuses façons de dessiner un mandala. Dagmar Gosejacob partage avec nous sa technique :

Pour s'échauffer, nous réalisons un alphabet en mandala :

Pour ce faire, nous avons seulement besoin de papier et d’un stylo. Avec la première lettre, commencez par dessiner/écrire un motif central. Nous plaçons ensuite quatre, cinq ou six A de manière symétrique autour du point central. Voici le premier anneau de notre mandala. Autour de cet anneau, nous plaçons de la même manière la deuxième lettre (comme dans l’illustration).

L’important est ici de garder le même nombre de lettres initialement choisis. C’est-à-dire cinq A au milieu signifie également cinq B, qui sont placés exactement au même endroit que le A. Si on modifie le nombre de lettres, cela fonctionne certes mais augmente le taux d’erreur de manière significative au niveau de la symétrie. 

On passe ensuite à la lettre C. Il est ici sans importance que l’on puisse lire les lettres qui sont à la fin et elles ne doivent pas toutes être dans la même direction. Lancez-vous ! 

Conseil : cela fonctionne également avec des chiffres et des noms. 

À présent, nous allons passer à un mandala déjà dessiné :

Nous allons utiliser les outils suivants :

  • Papier, soit du papier pour photocopies lisse comme le papier Clairefontaine DCP ou du papier Bristol.
  • Crayon à papier ou un porte-mine comme le MONO graph
  • Compas
  • Demi-carré
  • Gomme comme la MONO dust CATCH
  • Feutre fin (si vous souhaitez par la suite peindre votre mandala avec des couleurs à l’eau/aquarelle, le feutre doit alors être indélébile ! Par exemple le MONO twin)

 

Étape 1 : dessiner le cercle

Nous faisons tout d’abord un cercle avec le compas, bien au centre de la feuille. Depuis ce point central, nous élargissons le diamètre et créons ainsi des anneaux de largeurs différentes. 

En principe, vous pouvez déjà commencer à colorier ces anneaux ou à les remplir avec des motifs différents. Mais nous voulons aller plus loin, n’est-ce pas ?

Étape 2 : tracer les lignes de base

A l’aide d'une équerre, nous dessinons une ligne partant du centre vers les anneaux extérieurs. Cette ligne nous sert d’orientation pour dessiner de grandes « parts de gâteau » à l’aide de l'équerre.

Comment faisait-on çela à l’époque en cours de maths ? 

On trace un angle de 90° puis de 45°, et donc on réalise au final huit parts de gâteau (Ill. 3)

 

Étape 3 : ajouter de nouveaux cercles

Nous avons sous les yeux plusieurs points de rencontre entre nos lignes tracées au crayon à papier. Nous nous servons alors à nouveau du compas. Nous choisissons un de ces points de croisement, par ex. un sur l’anneau central. C’est ici que nous traçons un cercle. 

Respecter la symétrie est très important au démarrage du mandala. Ainsi, par la suite, si des erreurs sont commises, elles seront moins visibles. Il est donc important de copier symétriquement le cercle que nous avons tracé dans toute l’image. Et donc dans les huit parts de gâteau, ou dans les quatres parts lorsqu’il s’agit d’un grand cercle. A ce niveau, il n’y a pas de règles; l’important est que ce soit symétrique !

Attention : plus on ajoute de cercles, plus il sera délicat de se repérer. 

Nous avons désormais la structure de base et de nombreux espaces qu'il convient à présent de remplir. Le plus simple est toujours de commencer par le centre.

Sur l’illustration, vous pouvez voir que je n’ai pas parfaitement dessiné au centre mais ce n'est pas grave. À la fin, ces irrégularités ne seront plus visibles. L’important est toujours de veiller à la symétrie générale.

Prenez votre temps. Un joli mandala est en préparatio... Exercez-vous avec des formes libres mais aussi avec des hachures et des motifs. Il m’arrive souvent de reprendre mon compas afin de remplir les espaces vides avec des cercles complémentaires.

Lorsque vous pensez que votre mandala est complet, gommez alors l’esquisse tracée au crayon à papier et pensez déjà aux couleurs que vous souhaitez utiliser pour votre chef d’œuvre. 

Personnellement, je le fais avec un pinceau et des stylos d’aquarelle afin d'obtenir des dégradés de couleurs subtils. 

Modèles de mandalas

Vous ne voulez pas dessiner vous même un mandala, mais simplement en colorier un ? Alors vous pouvez télécharger les modèles de mandalas gratuits de Dagmar !

NOS PRODUITS

1 de produits

MONO 100
Pencils

MONO 100

Crayon de très grande qualité à finition vernie raffinée, disponible en 17 degrés de dureté. Offre un contraste exceptionnel grâce à une mine graphite extra-sombre de haute densité.
Degré de dureté sélectionnable
à partir de27,49 €